L’éco-domaine du Londel : de la nature et des hommes dans la plaine !

serres-aromatiques-jachere-fleurie_2Il était un grand jardin de six hectares à six kilomètres du centre-ville de Caen… Sortez de Caen en direction de la mer, laissez le Citis et les grands super-marchés, passez Épron et au rond-point de la Bijude, prenez la 2e sortie à droite. Poursuivez entre deux champs et tournez à droite en direction des « fruits et légumes frais ». Après un virage à 90° à gauche, passez la belle haie champêtre et prenez le temps de respirer dans ce bel espace où l’homme et la nature prennent soin l’un de l’autre. On ne s’y attend pas mais il y a là, dans la plaine de Caen, une oasis que des hommes et des femmes enrichissent et protègent depuis une trentaine d’années ! L’AIFST, qui en est propriétaire, y soutient le développement d’un lieu de rencontres, de (re)découverte de la nature et d’une alimentation locale et de saison, un lieu d’insertion sociale et professionnelle, un lieu de repos, de jeu, de ressourcement. Pour cela, différents espaces sont envisagés, tous sont inscrits dans les principes de la permaculture. Certains existent déjà comme le jardin d’insertion par le maraîchage. Une quinzaine de salariés y produisent des légumes et des fleurs au milieu d’arbres et d’arbustes. Les produits sont vendus sur place à la boutique, dans les quartiers et à des entreprises de l’agglomération en paniers, ou encore à la carte dans des centres de vacances, à des restaurants… En décembre, les dernières tomates côtoyaient les premiers légumes d’hiver ! Derrière ce jardin, des personnes accompagnées par la Croix-Rouge cultivent régulièrement un petit espace tandis qu’un apiculteur amateur a installé quelques ruches. A côté, le Jardin des possibles se veut ouvert à tous, expérimental, créatif et productif. Venez y agir à votre tour ! Le projet est ouvert pour qu’une nouvelle dynamique associative s’y installe. L’auto-production pourra aussi y avoir sa place. Vous pourrez y cultiver votre parcelle avec les conseils échangés entre jardiniers amateurs et l’appui des professionnels.
En2016, un maraîcher doit  rejoindre l’équipe avec l’objectif de montrer qu’en cultivant quelque mille mètres carrés intensément et à la main, il est possible de produire suffisamment de légumes pour obtenir un salaire décent en travaillant un nombre d’heures acceptables. C’est en effet ce que montre une étude menée par la ferme du Bec-Hellouin avec l’INRA et Agro-Paris-tech. Et si cétait vrai ! Imaginez ce que seraient nos villes avec des maraîchers installés à proximité ! Tous ces espaces seront des supports pédagogiques à destination des enfants et des familles pour découvrir et apprendre à aménager et à entretenir leur jardin potager et d’agrément en travaillant au maximum avec la nature. A court et moyen termes, d’autres projets sont envisagés : une production de champignons, la création de mares et l’implantation d’arbres, une conserverie pour les producteurs professionnels et les personnes voulant faire leurs conserves, une ressourcerie pour la petite agriculture et l’alimentation, un espace test agricole pour la production professionnelle de légumes et de fruits sur de petites surfaces et tout autre projet que vous souhaiteriez proposer et soutenir. Alors, à bientôt !

Contact : rbirot@aifst.fr
avenue Daniel-Bruand, Biéville-Beuville
Page facebook : éco-domaine du Londel

L'AIFST remercie Caen-la-Mer, la Région Basse-Normandie, la commune de Biéville-Beuville, la Fondation de France et la Fondation Daniel et Nina Carasso pour leurs soutiens et ses partenaires divers pour leur appui.

Les commentaires sont fermés